Commission des Jeux de Hasard : l’assurance de jouer en toute sécurité

Pendant de longues années, les jeux de hasard ont été interdits en Belgique, et cette législation stricte laissait la porte ouverte à de nombreux opérateurs illégaux. C’est la raison pour laquelle la Commission des Jeux de Hasard (CJH) a vu le jour en 1999. Sa mission était claire : réguler cette activité en autorisant les établissements dignes de confiance.

Avec l’avènement d’Internet, cette autorité a vu son pouvoir s’étendre sur les sites de paris sportifs et les casinos en ligne. Ces plateformes ont été autorisées à partir de 2011, à condition d’obtenir la licence requise par la Commission des Jeux de Hasard. Au vu de l’importance de cet organisme sur le casino en ligne belge légal, nous profitons de l’occasion pour revenir plus en détails sur les prérogatives de la CJH.

La Commission Jeux de Hasard Belgique œuvre au quotidien pour réguler l’activité florissante des jeux d’argent

La Commission Jeux de Hasard Belgique se montre très active, et assure la pérennité de l’activité des jeux d’argent, du côté des opérateurs comme du côté des joueurs. Nous pouvons d’ailleurs classer les actions de cette institution dans 3 catégories distinctes :

La Commission Belge des Jeux de Hasard délivre 3 types de licences et lutte contre les sites illégaux

Tous les établissements autorisés en Belgique ne possèdent pas la même licence. En effet, selon l’activité, il y a une licence adéquate, avec bien sûr des conditions spécifiques. Voici les trois licences qui peuvent être dispensées par la Commission Belge des Jeux de Hasard :

Par ailleurs, chaque site web qui désire l’une de ces licences doit être lié à un établissement physique de la même activité. Quant aux opérateurs illégaux, ils risquent de lourdes amendes, voire des poursuites judiciaires. De notre côté, nous vous recommandons évidemment de ne jouer que sur des sites agréés, et ceux-ci figurent tous dans notre sélection Top Casinos.

La Commission de Jeux de Hasard protège les joueurs contre le blanchiment d’argent et l’addiction au jeu

Outre la régulation du marché, la Commission de Jeux de Hasard tient à protéger les joueurs du mieux possible, à l'image du dernier décret promulgué. Tout d’abord, cette autorité lutte ardemment contre le blanchiment d’argent, un délit que l’on retrouve parfois sur Internet. Ensuite, la CJH veille à l’équité des jeux et demeure intransigeante à ce sujet. Chaque joueur doit disposer des mêmes chances de gagner, sans le moindre subterfuge, et l’organisme est donc très attentif aux taux de redistribution.

Enfin, la Commission des Jeux de Hasard tient à protéger les joueurs contre eux-mêmes. L’addiction au jeu est loin d’être une chimère, et de nombreux Belges souffrent de ce problème. Vous pouvez ainsi vous interdire vous-même de tout contact avec les jeux d’argent auprès de la CJH, ou informer leurs services que l’un de vos proches est en train de sombrer. De son côté, la Commission tente de prévenir les comportements à risque en travaillant conjointement avec les opérateurs, ceux-ci les alertant dès qu’un client présente des symptômes inquiétants.